Regroupements d’universités : reconstruire des communautés étudiantes grâce aux réseaux sociaux | Actualitice

Regroupements d’universités : reconstruire des communautés étudiantes grâce aux réseaux sociaux

article_pres_reseau_social_schema

Comment ne pas perdre son âme et sa visibilité auprès des étudiants et futurs étudiants en rejoignant un PRES, Idex ou autres regroupements d’établissements d’enseignement supérieur ? C’est le casse-tête posé en ligne de mire aux futurs grands établissements universitaires répondant aux logiques de regroupements des appels à projets liés aux investissements d’avenir.


Une problématique inhérente aux programmes de fusions entre établissements d’enseignement supérieur concerne la dissolution de l’identité de chaque membre d’un réseau nouvellement constitué. Certes, la construction de cette identité est fondamentale dans le processus de candidature aux investissements d’avenir, car elle permet de souligner la cohérence du projet de recherche et de formation. Cependant, la problématique reste cruciale du point de vue du capital social du nouvel établissement fédérateur, à une époque où la plupart des universités et des écoles de commerce de prestige développent leur réseau d’ « alumni ».

Rien de tel, en effet, que ces réseaux d’ « anciens » pour confirmer le leadership acquis dans l’enseignement supérieur au sein du marché du travail, à travers les entreprises ayant recruté leurs anciens étudiants. Harvard a complété son fameux réseau de clubs par un réseau social en ligne et l’ESCP dispose d’un réseau connu comme l’un des plus actifs en Europe. Se sentant appartenir à une communauté étudiante forte, les futurs cadres et employés pourraient faire preuve de générosité envers cette communauté dans la suite de leur parcours professionnel ou universitaire… Les réseaux sociaux permettraient de traiter une partie de la problématique d’identité institutionnelle et de fusion d’établissements. Ils peuvent rassembler dans une même communauté virtuelle enseignants, chercheurs, personnels administratifs et étudiants d’un même réseau d’établissements d’enseignement supérieur.

Des exemples innovants

Le réseau les « Carnets de Paris Descartes » est un exemple de la construction d’une communauté étudiante forte à l’échelle d’un établissement, à savoir l’université Paris-Descartes (Paris-V). La plateforme mise en place, fondée sur une technologie open source dénommée Elgg, permet à ses usagers de profiter d’un faisceau de services similaires à ceux proposés par l’entreprise Facebook : complétion d’un profil, ajouts de contacts, création et intégration d’un groupe d’intérêt, mise à jour d’un statut, partage de fichiers et autres services complémentaires.

Ce réseau permet aux étudiants de se découvrir des affinités et de travailler ensemble sur des projets liés à leurs études ou à d’autres engagements en relation avec la vie étudiante ou le tissu associatif local. Centrée sur l’étudiant, ses besoins et ses centres d’intérêts, la plateforme de Paris-V permet également de nourrir des initiatives remarquables comme la mise en réseau de ses étudiants à travers le monde pour faciliter leur mobilité. La même plateforme permet d’héberger une série de contributions diverses, et ainsi rendre visibles les travaux de recherche menés par l’université.

D’autres initiatives du même type, fondées sur la même technologie, sont pourtant centrées sur des problématiques plus fines. L’université de Saint-Quentin-en-Yvelines a mis en place un réseau social intitulé « Mon e-portfolio », dont l’objectif premier est de favoriser l’intégration des étudiants sur le marché du travail. Aujourd’hui, cette communauté virtuelle permet à des enseignants-chercheurs de travailler avec des groupes d’étudiants mais aussi à des anciens étudiants, futurs employeurs, de garder le contact avec leur promotion ou les suivantes.

Force est de reconnaître que le contexte actuel des regroupements universitaires risque bien de poser problème à ceux qui défrichent la voie des plateforme inter-établissements. En effet, l’existence de ces nouveaux mastodontes universitaires français n’est encore, le plus souvent, que purement administrative. La communauté virtuelle étudiante constituée au sein d’un réseau social en ligne permettrait-elle d’apporter un peu de chair à ces entités ?

http://www.actualitice.fr/pres-idex-et-autres-regroupements-d%E2%80%99universites-comment-reconstruire-des-communautes-etudiantes-a-forte-identite-grace-au-numerique-comment-ne-pas-perdre-son-ame-et-sa-visibilite-aupres-d

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s